Quibi : le Netflix qui révolutionne le streaming sur mobile ? #CES2020

Au Consumer Electronics Show 2020 de Las Vegas sont venus, Jeffrey Katzenberg et Meg Whitman, dont les noms ne vous disent peut-être rien. Nous allons donc vous expliquer qui sont-ils, en quoi Quibi consiste et les originalités apportées. Pour faire (très) court, c’est une nouvelle plate-forme de streaming dédiée aux supports mobiles, votre tablette, votre smartphone. Le projet a levé plus d’un milliard de dollars, il est soutenu par des grands de Hollywood et sortira aux États-Unis le 6 Avril 2020.

Avant tout : Quibi vient de Quick bites, quelque chose qui se mange rapidement, un morceau, en anglais.

La nouvelle plate-forme compte bien faire sa place parmis les autres géants comme Netflix mais d’après un article de The Verge, Jeffrey Katzenberg insiste sur ce point : Quibi n’a pas pour objectif de leur faire concurrence. Là où la question se pose, c’est comment se différencier et faire sa place parmis les géants présents ou qui comptent se lancer ? Parmis Netflix, Disney, HBO, Peacock, Apple TV+, Amazon Prime Video… Que va nous proposer l’idée de Katzenberg et Whitman ? À l’heure où le cinéma et les séries se diffusent via de plus en plus de services de vidéos à la demande avec abonnement, l’application Quibi créée autre chose qui n’a pas pour objectif d’entrer dans la Guerre du streaming. C’est surtout un “nouveau langage de cinéma” annonce Antoine Fuqua, enthousiaste (réalisateur de Training Day et Equalizer). Comme lui, certains des contributeurs de l’application verraient en Quibi le futur de la vidéo. Et il y a des chances que cette nouvelle application vous intéresse effectivement.

Je pense que l’expérience utilisateur est vraiment unique ici et c’est ce qui va nous différencier en plus du contenu. Nous sommes en train de bâtir un tout nouveau type de contenu qui est destiné à votre mobile

Meg Whitman

Commençons d’abord par présenter qui est derrière Quibi puis nous passerons sur l’offre, le catalogue, les équipes avant l’originalité de la plate-forme, les défis qu’elle doit relever et enfin la conclusion.

Qui est derrière Quibi ?

Jeffrey Katzenberg, est tout simplement l’ancien président de Disney. Pour résumer, il est à l’origine de certaines des plus grandes productions de Walt Disney Pictures durant les années 1990 comme La Petite Sirène, Aladdin, le Roi Lion. Entre temps, il a confondé la société de production cinématographique Dreamworks Skg. et participé à sa croissance en collaborant à la création du fameux Shrek.

La deuxième personne venue au CES 2020, Meg Whitman, est plus connue en tant que CEO de HP et eBay. Autant dire que si ces deux personnes ont décidé de concrétiser une idée ensemble, c’est qu’il y a probablement du potentiel malgré les risques. Mais nous allons voir que l’initiative a de quoi nous intriguer. En plus de Whitman et Katzenberg, nous avons dans l’équipe, Tom Conrad en directeur produit, qui a été chez Pandora et Vice Président du produit chez Snapchat.

Quelles formules ? Quels prix ?

La plate-forme Quibi sera lancée sous forme d’un service de vidéo à la demande avec souscription, via deux formules :

  • Avec publicités, à 5 dollars par mois
  • Sans publicités, à 8 dollars par mois

Étant donné que la plate forme diffuse des publicités et propose un abonnement payant, sans aller à l’encontre des géants du streaming, on peut se demander comment elle va convaincre des potentiels clients.

Au menu

La première originalité de la plate-forme réside dans la durée de sa vidéothèque disponible. Le principe ? Ce sera des séries, des films ou même des stories (comme sur Snapchat par exemple) mais découpées en formats audiovisuels de 10 minutes maximum. Nous pouvons donc imaginer des histoires divisées en plusieurs chapitres. De plus, The Verge précise que même si le morceau de film dure 10 minutes, vous auriez une option à la fin de la lecture pour visionner tous les chapitres. Par exemple, un film de 2 heures donnerait 12 morceaux de films de 10 minutes. Cela amènera les créateurs de contenu à imaginer et écrire des scénarios adaptés, sous forme de courts-métrages…

Sachez qu’à son lancement, Quibi proposera 175 émissions et films originaux donc créés via des collaborations spécialement pour la plate-forme. Cela signifie que nous aurons à disposition 8500 morceaux audio-visuels et cela dès la première année. Aurons-nous beaucoup plus l’année d’après ? D’après The Verge, nous parlons de productions qui se chiffreront autour de 125 000 dollars par minute soit 7,5 milliards de l’heure (proche de la moyenne de Game of Thrones).

Grâce à The Verge, nous apprenons également que Quibi compte publier trois heures de nouveau contenu par jour de la semaine. Alors si vous “n’aimez pas le show de Kendal Jenner, peut-être vous aimerez celui de 50 Cent ou de Steven Spielberg” argumente The Verge. De quoi peut-être vous convaincre ?

Comme l’indique le compte Twitter officiel de Quibi, le contenu est créé en collaboration avec certains des plus grands noms d’Hollywood. Nous les verrons un peu plus loin dans cet article.

Voyons maintenant la grande originalité de Quibi…

Une révolution ? Conjuguer deux cadrages, deux points de vue ?

Nous avons tous l’habitude d’utiliser nos écrans et nos télévisions en mode paysage pour regarder un film mais les utilisateurs des applications Snapchat, Tiktok etc mettent l’écran en mode portrait pour regarder par exemple une story. Les films sont en effet conçus pour tenir sur un écran large mais toujours en paysage. Avec Quibi, vous allez pouvoir faire les deux. Comment ça allez-vous me dire ? Moi, j’aime bien avoir l’écran en grand ! Et bien le principe ? C’est de proposer un contenu audiovisuel qui exploite les deux modes d’affichage en même temps dans la même vidéo !

Grâce au mode Turnstyle, on pourra en pleine scène simplement changer d’angle de vue voire de caméra en tournant son téléphone ou sa tablette. Par exemple passer de l’objectif d’un caméscope à un téléphone. De quoi peut-être révolutionner la mise en scène ! Si vous êtes d’accord de pivoter votre appareil pendant visionnage, vous auriez la perspective cinéma d’un coté, la perspective portrait de l’autre et ce passage se ferait sans interruption.

Voilà un aperçu, une démonstration sur le compte Twitter officiel : Vous voyez ci-dessous un exemple concret avec le court-métrage Nest, présenté au CES 2020.

D’après The Verge, chaque morceau audiovisuel, appelé Quick bite (d’où le nom du service), sera disponible (donc filmé et édité) dans les deux positions, horizontale et verticale. Tout serait fait pour qu’on visionne sur le téléphone, sur le moment. Pourrions-nous même utiliser Chromecast ? Aucune information à ce sujet.

Techniquement parlant, le contenu serait donc enregistré depuis deux caméras distinctes. Nous aurions deux vidéos accompagnées d’un fichier audio séparé. Le tout serait ensuite diffusé de manière synchrone et simultanée pour pouvoir effectuer la transition d’angle de vue. Dans l’interface, les vidéos que vous n’avez pas encore visionnées seraient placées dans un fil en basse-qualité pour ensuite être ouvert et lu en haute-qualité.

Nous pouvons imaginer que n’importe qui ayant l’équipement minimum décompte 3,2,1, action pour synchroniser ses caméras et crée ses petit morceaux d’histoire. Le principe amènera peut-être des créateurs à réfléchir sur un scénario divisé en pans de 10 minutes.

Qui y contribue ?

Certains et certaines des plus grand.e.s d’Hollywood sont présents pour contribuer et participer à l’expérience. Pour vous donner des idées des bonhommes, vous avez entre parenthèses des exemples de leurs productions les plus connues. Nous avons donc :

  • Steven Spielberg (réalisateur d’Indiana Jones, Ready Player One, Jurassic Park, Les Dents de la Mer, …)
  • Guillermo Del Toro (réalisateur de Hellboy, Pacific Rim, La Forme de l’Eau, …)
  • Antoine Fuqua (réalisateur d’Equalizer, Training Day, La Chute de la Maison Blanche, …)
  • Sam Raimi (réalisateur de la trilogie Spider-Man avec Tobey McGuire, Evil Dead, …)
  • Doug Liman (réalisateur de Edge of Tomorrow, Mr & Mrs Smith, Jumper, La Mémoire dans la peau, …)
  • les frères Russo (réalisateurs de Captain America, Avengers Infinity War & Endgame)
  • Reese Witherspoon (actrice dans Big Little Lies, The Morning Show, …)
  • Idris Elba (acteur dans Thor, Avengers, La montagne entre nous, Fast & Furious : Hobbs & Shaw, …)
  • Zac Efron (acteur dans High School Musical, The Greatest Showman, …)
  • Sophier Turner (actrice dans Game of Thrones, X-Men, …)
  • Peter Farrelly (Green Book, …)
  • Jennifer Lopez (actrice dans L’Âge de Glace, Shades of Blue, …)

Nous pouvons espérer que d’autres créateurs et créatrices, des Youtubeurs et Youtubeuses, des amateurs et amatrices seront inspirés de produire et scénariser du contenu à deux cadrages de vue. Plusieurs genres peuvent s’y prêter, l’horreur, le thriller, une home invasion (où une maison est envahie pour séquestrer, cambrioler ses habitants), …

Les défis

L’un des plus grands défis actuels pour Quibi c’est de parvenir à convaincre les audiences jeunes de bien vouloir s’abonner au service ou tout simplement les clients de bien vouloir payer pour du contenu. L’autre problématique c’est de réussir à convaincre les spectateurs de bien vouloir prendre une nouvelle habitude. Êtes-vous prêts à pivoter votre mobile ou votre tablette en visionnant un quick bite ? Peut-être que pour une plate-forme avec autant de panache Hollywoodien, des publicités pertinentes et une nouvelle expérience utilisateur, le coup est à tenter.

Ce n’est pas la première fois que l’audiovisuel interactif est testé dans le monde du streaming. Et certains projets ont accompli la besogne de mettre en place une expérience utilisateur enrichissante. Netflix, par exemple, s’en est plutôt sorti avec sa production Bandersnatch, produite en extension de la série Black Mirror. Mais il est important de noter que l’épisode Bandersnatch a bénéficié de la popularité de Black Mirror et cela l’a probablement aidé à trouver une audience. Comme le rappelle 20Minutes, une tentative avait déjà été faite aussi par le groupe Vivendi, avec le projet Studio +, qui a finalement fermé. Sauf que pour Quibi, l’investissement est plus grand, il dépasse le milliard et l’enjeu avec. Donc, à voir…

Ajoutez à cela que la technologie de compression et de streaming du mode Turnstyle consommerait 20% de plus en termes de données mobiles qu’une vidéo standard mais cela est-il vraiment un problème ? D’après l’article de The Verge, le téléchargement pour visionnage hors-ligne utiliserait aussi plus d’espace, logique puisqu’il y a deux vidéos et l’interactivité, mais il prendrait le même temps qu’une vidéo standard.

Et vous ?

Malgré ces contraintes, Quibi représente un atout technologique intéressant pour faire évoluer l’histoire cinématographique. Nous pouvons imaginer beaucoup de courts-métrages aussi bien que des publicités d’autant plus originales. D’ailleurs, la toute première publicité a été publiée en guise de démonstration en partenariat avec PepsiCo.

Pourquoi ne pourrions-nous pas regarder les films en ayant à disposition plusieurs angles de vue ? Quibi est peut-être une réponse à ce challenge. L’application pourrait révolutionner le divertissement et l’industrie cinématographique.

À l’heure actuelle, aucun aperçu de l’application mais d’après The Verge, elle contiendra un flux de contenu un peu à la manière de TikTok ou d’Instagram. Elle sera disponible aux États-Unis pour le 6 Avril 2020, malheureusement aucune date actuellement pour la France. Katzenberg ajoute qu’il faudra peut-être un an pour obtenir la vraie mesure de l’intérêt des utilisateurs sur ce concept innovant. Ce qui signifie que le service peut-être en France que bien plus tard si le test fonctionne aux États-Unis. Alors ? Ca vous dirait une story en double cadrage ? Ou un film en double point de vue ? Chez High-News, nous sommes intrigués pour la suite.

Voici la bande-annonce anglophone : “La prochaine évolution du divertissement est ici”.

Crédit image de couverture : Hitek.fr

foulonromain
Un p'tit geek grand cinéphile. A 27 ans, je suis toujours autant passionné de cinéma et photographe amateur.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :