Suivez-nous

Internet



Facebook : une nouvelle application pour les musiciens

Facebook vient de lancer aux États-Unis une application permettant de faire collaborer les musiciens entre eux.

Avatar of Alex

Publié

sur

collab facebook

La fin d’année réserve son petit lot de surprises. Afin de faire collaborer les musiciens entre eux, le réseau social Facebook a décidé de lancer une nouvelle application : Collab.

Collab : un nouveau lieu pour créer de la musique à plusieurs

2020 aurait été une année sous le signe du Covid-19 et plus généralement du confinement. En manque de contact, beaucoup de personnes se sont tournées vers des applications ou services permettant de poster de courtes vidéos sur internet afin de passer le temps. De nombreux sites ont aussi décidé de lancer des fonctionnalités similaires à TikTok : les Reels sur Instagram, Spotlight sur TikTok

Facebook semble enclin à proposer un service similaire du nom de Collab. Avec cette nouvelle solution, le réseau social de Mark Zuckerberg souhaite se concentrer sur une cible particulière : les musiciens. Découvrons ensemble ce que cette nouvelle application de vidéo compte proposer à ses utilisateurs.

Facebook va faire collaborer les musiciens entre eux

Comment marche Collab ? La nouvelle application développée par Facebook est très simple à utiliser. Il suffit d’enregistrer un court extrait musical de maximum 15 secondes et le publier. Les autres musiciens pourront ensuite collaborer avec vous en ajoutant leur propre accompagnement. Le morceau final sera composé de trois vidéos : la vôtre et celles de deux autres musiciens. Une bonne façon en soi de créer de la musique à plusieurs et découvrir des arrangements intéressants sur nos morceaux favoris.

collab-application-videos-musiciens
© Facebook

Malheureusement pour nous, l’application Collab de Facebook est pour le moment uniquement disponible sur l’App Store américain d’Apple. Reste maintenant à s’armer de patience afin de voir l’application arriver sur le territoire français.

La tendance des vidéos courtes continue de fortement impacter le web. Les réseaux sociaux veulent tous avoir leur part du gâteau et même des forums tels que Reddit acquièrent des entreprises spécialisées dans ce secteur. Encore plus récemment, nous apprenions hier que Twitter avait racheté Squad. L’expertise de cette entreprise a pour objectif d’amener de nouvelles solutions vidéos au réseau social à l’oiseau bleu.

Un email vous sera envoyé chaque lundi.

Notre newsletter hebdomadaire vous attend !

Conception graphique - Conception
Continuer à lire
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Internet

Twitter lance un outil contre la désinformation : Birdwatch

Twitter vient d’introduire un outil communautaire afin de lutter contre la désinformation : Birdwatch.

Avatar of Alex

Publié

sur

Par

twitter outil desinformation birdwatch

Twitter est un réel nid à fake news. Le moindre message non vérifié peut rapidement prendre l’ampleur sans réellement être véridique et vérifié. Le réseau social a ainsi décidé de lancer un outil du nom de Birdwatch afin de permettre aux utilisateurs d’aider à la lutte contre la désinformation.

birdwatch-twitter
© Twitter

Parce qu’un tweet ne reflète pas tout le temps la vérité, Twitter a lancé Birdwatch. Ce nouvel outil est la réponse face à la désinformation pouvant se propager rapidement à coup de gazouillis sur son réseau social. Découvrons ensemble comment l’entreprise de Jake Dorsey compte s’y prendre.

Twitter continue sa bataille contre la désinformation

Nous le voyons désormais depuis quelques mois, Twitter tend à vérifier les informations fomentant sur sa plateforme. Pour cela, le réseau social affichait déjà des informations sous les tweets comme nous avons pu le voir sur le compte de Donald Trump. Désormais, c’est les utilisateurs qui vont pouvoir rétablir la vérité.

Twitter annonce ainsi Birdwatch : « une nouvelle approche communautaire pour aider à traiter les informations trompeuses sur Twitter ». Si des utilisateurs du réseau social à l’oiseau bleu trouvent qu’un tweet divulgue de fausses informations, ceux-ci pourront le signaler et soumettre une annotation à la communauté. Celles-ci permettront ainsi de rétablir la vérité des faits. Keith Coleman, vice-présidente de Twitter, explique « Notre objectif est de rendre ces notes visibles directement en dessous des tweets pour le public mondial de Twitter, quand il y aura un consensus au sein d’une base de collaborateurs large et diverse ».

Afin d’éviter que des centaines de fausses annotations voient le jour, le réseau social a décidé d’introduire un système de vote et de classement. Ainsi, les utilisateurs pourront voter pour les annotations qui leur semblent pertinentes ou non. L’outil Birdwatch pourrait cependant être facilement contourné comme le déclare Twitter : « Nous savons que construire un système comme celui-ci, fondé sur la communauté, va poser de nombreux défis – il faut qu’il soit résistant aux tentatives de manipulation pour qu’il ne soit pas dominé par une majorité simple de contributeurs ou des préjugés ». C’est pour cette raison que la fonctionnalité n’est pour le moment qu’en phase de test auprès des contributeurs volontaires.


Encore un peu de temps ? Découvrez comment certifier votre compte Twitter en 2021 !

Un email vous sera envoyé chaque lundi.

Notre newsletter hebdomadaire vous attend !

Conception graphique - Conception
Continuer à lire

Internet

Emmaüs lance un site pour soutenir des projets solitaire via des dons d’objets

Emmaüs vient de lancer Tremmä, une plateforme permettant de financer des projets solidaires avec des dons.

Avatar of Alex

Publié

sur

Par

tremma emmaus projets solidaires dons objets

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a touché l’ensemble des activités économiques et sociales dans le monde. Face à ce chamboulement, de nombreux acteurs ont décidé d’adapter leur stratégie afin de perdurer. C’est le cas d’Emmaüs qui vient de lancer une plateforme permettant de donner des objets afin de soutenir des projets solidaires dans toute la France.

tremma-projet-solidiaire-emmaus
© Label Emmaüs

Face au développement de plus en plus important des plateformes de vente en ligne comme LeBonCoin ou Vinted, le marché de la seconde main a le vent en poupe. Cependant, les particuliers oublient de nombreux acteurs sur le marché comme par exemple les associations solidaires. Face à la pandémie de Covid-19, la situation de ces dernières s’est aggravée et des solutions ont dû être trouvées. Emmaüs vient donc de lancer Tremmä, une plateforme de dons d’objets pour soutenir des projets solidaires.

Emmaüs lance Tremmä pour permettre de soutenir des projets solidaires

En 2016, la plateforme en ligne Label Emmaüs avait été lancée. Son objectif était de vendre une multitude d’objets provenant d’acteurs du mouvement Emmaüs et d’acteurs de l’économie sociale et solidaire directement sur internet. Désormais, le mouvement solidaire souhaite financer des projets solidaires à travers les dons grâce à une nouvelle plateforme : Tremmä.

Lancée ce lundi 25 janvier 2021, l’initiative Tremmä vise à encourager le don en ligne des particuliers. La plateforme est assez simple à comprendre. Après avoir choisi un projet solidaire à soutenir, vous avez le choix de Donner pour ce projet. Pour faire rapide, cela signifie que vous pouvez créer une annonce afin de donner un objet. Lorsque le site réceptionne cette information, des modérateurs la compléteront et mettront en vente le produit sur le site label-emmaus.co. L’argent de la vente qui sera récolté permettra de soutenir financièrement l’initiative précédemment sélectionnée.

Si vous n’avez pas d’objets à donner, sachez qu’il est aussi possible de financer monétairement chaque projet ou de les partager sur les réseaux sociaux.

Un email vous sera envoyé chaque lundi.

Notre newsletter hebdomadaire vous attend !

Conception graphique - Conception
Continuer à lire

Internet

WhatsApp ne partagera finalement pas vos données avec Facebook (pour l’instant)

WhatsApp vient finalement de décider que les nouvelles conditions d’utilisations ayant fait polémiques récemment seront déployées plus tard.

Avatar of Alex

Publié

sur

Par

whatsapp donnees personnelles partage facebook
© Unsplash

En début de semaine, WhatsApp a demandé à ses utilisateurs d’accepter de nouvelles conditions d’utilisation afin d’utiliser ses services. Malheureusement, cette demande a très mal été perçue étant donné que l’application faisait mention du partage des données personnelles avec Facebook. Ainsi, de nombreuses personnes ont décidé d’abandonner le réseau social afin d’aller vers des applications plus respectueuses des données personnelles. Face à ce remue-ménage, le service de messagerie instantanée a décidé de décaler la date de mise en place de ces conditions d’utilisations.

Whatsapp seront partagées à Facebook qu'on le veuille ou non.
Torsten Dettlaff / Pexels

Prendre le temps de mieux informer ses utilisateurs, la stratégie de WhatsApp

Le problème dans cette histoire, c’est que les nouvelles conditions d’utilisations de WhatsApp ont mal étaient comprises par les utilisateurs. En effet, beaucoup d’informations sont rapidement sorties à leur sujet. Malheureusement, celles-ci n’ont pas reflété de façon exacte et juste les véritables changements quant à la gestion des données des utilisateurs avec Facebook.

WhatsApp a ainsi de tenté de les rassurer à travers un communiqué officiel transparent sur la gestion des données personnelles, mais aussi plus récemment en annonçant que la mise en place de ces conditions d’utilisations serait reportée au 15 mai 2021.

Une situation délicate

Comme dit précédemment, moult informations ont vogué sur le web quant à ces nouvelles conditions d’utilisation. La peur s’est ainsi rapidement propagée chez les utilisateurs, et beaucoup d’entre eux ont décidé de partir sur des applications ne collectant pas ou peu de données comme Signal ou Telegram par exemple.

L’entreprise a ainsi annoncé vendredi 15 janvier sur Twitter et à travers un billet de blog que la mise à jour des conditions d’utilisations aura finalement lieu le 15 mai et non le 8 février comme prévu. WhatsApp précise « Nous allons également faire beaucoup plus pour dissiper la désinformation sur le fonctionnement de la sécurité et du respect de la vie privée sur WhatsApp.  »

L’application de messagerie instantanée profite d’ailleurs de son communiqué pour rappeler que « WhatsApp a été construit sur une idée simple : ce que vous partagez avec vos amis et votre famille reste entre vous. Cela signifie que nous protégerons toujours vos conversations personnelles par un chiffrement de bout en bout, de sorte que ni WhatsApp ni Facebook ne puissent voir ces messages privés. C’est pourquoi nous ne gardons pas de traces des personnes qui envoient des messages ou téléphonent. Nous ne pouvons pas non plus voir votre emplacement partagé et nous ne partageons pas vos contacts avec Facebook. »

Un email vous sera envoyé chaque lundi.

Notre newsletter hebdomadaire vous attend !

Conception graphique - Conception
Continuer à lire
Publicité

Tests

Bons Plans

Dossiers

Articles tendance